Skip to content

La médiation animale

La médiation animale c’est quoi ?

De façon générale, la médiation est la rencontre de trois partenaires dont l’un se positionne pour favoriser la relation entre les deux autres. En médiation animale, nous avons un animateur, un animal et un bénéficiaire. Mais la médiation animale a ceci de particulier qu’elle est polymorphe. Si dans un premier temps l’animateur favorise la rencontre entre le bénéficiaire et l’animal, il est possible qu’ensuite ce soit l’animal qui soit au centre de la relation entre le bénéficiaire et l’animateur. À la Ronzière, il arrive même que de tierces personnes (membres du centre équestre) interviennent dans la relation.

Pour être mis au contact d’humains, les animaux sont maintenus en bonne santé. Ils sont amoureusement entretenus et bénéficient d’un suivi vétérinaire. Ils sont habitués au contact humain et éduqués à obéir à la voix.

La médiation animale pour qui ?

La médiation animale s’adresse aux personnes de tous âges, de tous milieux sociaux et de toutes appartenances culturelles ou religieuses, handicapés ou non.
Elle est conseillée aux enfants et adolescents en difficultés sur le plan physique, cognitif, affectif ou social.
Elle s’adresse aux adultes handicapés physique ou mentaux. Elle est recommandée aux personnes âgées, isolées ou en EHPAD.
Dans une perspective récréative et pédagogique, la médiation animale peut concerner les enfants des écoles maternelles et primaires, les stagiaires de filières préprofessionnelles, les jeunes en centre de vacances…
Il convient toutefois d’attirer l’attention sur les contre-indications : allergies, phobies sévères, déficiences immunitaires.

La médiation animale a des effets bénéfiques

La médiation animale n’est pas une thérapie en soi. Elle ne guérit pas les maladies. Par contre, elle accompagne favorablement les soins donnés par ailleurs.
L’interaction avec l’animal apaise et procure des moments de bien-être, rappelle ou construit de bons souvenirs, régule les comportements, améliore la maîtrise des émotions, favorise l’expression de sa personnalité et la socialisation, aide à la mobilisation de ses ressources. La relation à l’animal nécessite l’acquisition de connaissances et donc permet l’actualisation de son potentiel d’apprentissage.
En résumé, la médiation animale améliore l’équilibre physique, psychologique et cognitif.

La relation de l’homme à l’animal : une longue histoire.

Les peintures rupestres de Lascaux et le nom de constellations comme La Grande Ourse témoignent du fait qu’à toutes les époques et chez tous les peuples, les hommes partagent la compagnie des animaux. Dans toutes les cultures, il existe un bestiaire à valeur symbolique, emblématique, mythologique.
Le premier emploi volontaire d’animaux pour aider l’homme sur le plan psychologique semble dater du IXe siècle.
Au XIe siècle, en Belgique, certains convalescents devaient s’occuper d’oiseaux.
Dès 1755, Diderot écrit dans son Encyclopédie : « il en résulte […] des changements si avantageux dans le cas où l’équitation est faite à propos, qu’ils sont presque incroyables ».
En 1953, Boris Levinson, psychiatre américain, reçoit un enfant autiste. Il oublie que son chien est dans son cabinet (d’ordinaire, cela lui est interdit). L’enfant, muré, ne dit rien, ne voit rien, n’entend rien. Et soudain, l’animal se lève, traverse la pièce en se dirigeant vers l’enfant qui esquisse quelques pas en direction du chien. Vient alors la première ébauche de communication de l’enfant : la caresse. Là où tout avait échoué, une simple présence animale réussissait. Ce double mouvement de l’enfant vers le chien et du chien vers l’enfant contenait, aux yeux du professeur, l’essence d’une thérapie.
Ce témoignage serait à l’origine de la thérapie facilitée par l’animal.
En 1994, aux États-Unis, J. Ruckert remarque que la présence d’un animal au chevet de l’enfant hospitalisé soulage l’anxiété et la solitude.
En 2003, François Beiger, reconnu comme le spécialiste des chiens polaires et des peuples du Grand Nord, fonde en Isère l’Institut français de zoothérapie sur le modèle canadien et dispense des formations.
Un Diplôme universitaire médiation animale est proposé à l’Université de Clermont-Ferrand.
En 2010 a eu lieu la douzième conférence internationale sur les interactions homme/animal.